Michaël Bartholon Aka Cyriades

Aller en bas

Michaël Bartholon Aka Cyriades Empty Michaël Bartholon Aka Cyriades

Message  Cyriades le Mer 13 Fév - 0:58

21 Novembre 2011

04h30 Dans les vestiaires de la Brigade des Stupéfiants (BS) de Versailles (DRPJ : Direction Régionale de la Police Judiciaire de Paris).
- Alors Capitaine Bartholon, on n’apprécie plus de se réveiller en pleine ? 3 heures de sommeil c’est bien suffisant pour un homme de votre constitution.
D’une voix rauque un homme d’une quarantaine d’année les traits tirés par le manque de sommeil, lui répond en souriant.
- Ne t’inquiète pas pour moi Fredo même d’un œil je pourrai garder tes petites miches.
Le regard des deux hommes se croisa dans un silence pesant avant d’éclater de rire.
Cela faisait maintenant une dizaine d’année que ces deux hommes se côtoyaient. Au départ ce n’était que deux collègues qui s’appréciaient sur leur lieu de travaille comme tant d’autre puis au fur et à mesure de leur complicité, l’amitié apparut et cela fait maintenant près de 10 ans qu’ils partageaient leur quotidien. Le Capitaine Michaël Bartholon et le lieutenant Frédéric Bouvier étaient très appréciés au sein de leurs équipes et possédaient des états de services irréprochables. Le Capitaine Bartholon filait tranquillement vers la quarantaine, bien que les rides s’installèrent peu à peu sur son visage il conservait une certaine fraîcheur, jeunesse accentué certainement par ses cheveux blonds coupés court ainsi que par son regard d’un bleu intense. D’une taille approchant les 1m75, il ne faisait pas partie de ces molosses que peut héberger les corps d’élite de la police nationale. La carrière du Capitaine Bartholon était souvent citée en exemple aux jeunes recrues du service pour son professionnalisme et sa persévérance. En effet celui-ci gravit une à une les échelons de la hiérarchie, rentré au bas de l’échelle dans la police en tant que gardien de la paix, il parvient à s’élever aux grades de Lieutenant puis tout dernièrement à celui de Capitaine. Là ou il aurait du partir du service pour prendre ses galons, ses pairs l’avaient autorisé à les endosser au sein de son service, la brigade des stups de Versailles.
- Allez Michaël, les gars t’attendent en salle de débriefing.
- Oui on y va ! Tout le monde doit être à 150% de ses capacités, l’enjeu est trop important. Des mois et des mois de travail, je ne veux que tout soit régler au millimètre prêt. Ce soir on pourra souffler.
Michaël sortit du vestiaire en adressant une tape amicale sur l’épaule de son ami.
- Allez Fredo ! En route !


Dernière édition par Cyriades le Mer 13 Fév - 1:00, édité 1 fois
Cyriades
Cyriades

Messages : 203
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 44

Voir le profil de l'utilisateur http://michael.bartholon@laposte.net

Revenir en haut Aller en bas

Michaël Bartholon Aka Cyriades Empty Re: Michaël Bartholon Aka Cyriades

Message  Cyriades le Mer 13 Fév - 0:59

Le soir de l’opération

21h00 Dans le bureau du capitaine Bartholon.
Le capitaine Bartholon l’air exténué, se trouvait assis dans son siège derrière  son bureau. Son arme de service posée sur celui-ci, juxtaposait la canette de coca ouverte depuis peu. Son regard fixait le cadre ou se trouvait la photo de ses deux filles et e sa femme. Le cadre photo passait la majeure partie de son temps cacher au fond de son tiroir de bureau, il ne l’a sortait qu'en de rares moments d’intimités ou il s’accordait un moment de repos, comme ce soir. Quelqu’un frappa à sa porte, Michaël sortit de ses rêveries.
- Oui … Oui entrez !
La porte s’ouvrit et laissa apparaître le lieutenant Frédéric Bouvier. Michaël s’apprêtait à ranger le cadre photo mais voyant son ami dans l’embrasure de la porte, il se ravisa. Fred avait vu son intention et pour toute réponse sourit en s’avançant.
- Elles sont magnifiques n’est-ce pas ?
- Oui en effet.
- Et comment vont-elles ?
- Bien ! Elles vont bien sauf que leur papa n’est pas souvent à la maison.
- Cela leur fait quel âge maintenant ?
- Julie à 11 ans tandis que Laura va fêter ses 8 ans le mois prochain.
- Déjà ?
- Et oui mon Fredo, le temps passe si vite, mais que puis-je faire pour toi ?
- Rien, rien  … je passais devant ton bureau et je me demandais si tu étais encore là après cette dure journée. Tu dois être content l’opération est une réussite.
- Oui en effet, le coup de filet a été fructueux. Une saisie de 200 kg de cocaïne, le démantèlement d’un des plus gros réseaux de stupéfiant, je crois que Marquez ne va pas s’en remettre. Je pense que ses hommes ne vont pas tarder à se mette à table, il suffira  de mettre en place un petit accord pour qu’il en est un qui le balance.
- En effet, je vois que tu as tout prévu Michaël.
- Tout prévu oui en effet … enfin presque tout prévu. Je ne m’attendais pas à trouver dans la cave de cet entrepôt toutes ces choses. Comment appelles-tu cela ? … Heu des pentacles, des pentagrammes, un décor digne des films à la mode pour les teenagers à la sauce magie vaudou ! Ils sembleraient qu’ils aient été dessinés à même le sol avec du sang. Le labo doit analyser les prélèvements afin de déterminer l’origine de ce sang. Et ce médaillon que nous avons retrouvé sur un piédestal au milieu de cette scène surréaliste. Les hommes de Marquez avaient l’air terrifié rien qu’a sa vue.
- Tu l’as encore en ta possession ?
- Oui , le voilà
Michaël le sortit de son tiroir et le présenta à son ami. Le lieutenant Bouvier le prit dans ses mains et l’observa avec attention.

Michaël Bartholon Aka Cyriades 582035Talisman

- Etrange en effet ! Je peux le déposer à la consigne, j’y allais.
- Oui ! Si tu veux. Au faite j’ai prévenu Hélène, ta chambre est prête pour ce soir. Va falloir tout de même que tu parles à Fanny, tu ne peux pas continuer comme cela.
- Nos relations sont au point mort. A chaque fois que nous essayions de communiquer cela se termine toujours en hurlement. Je vais chercher un autre appart, en tout cas je vous remercie de m’accueillir cette nuit.
- Pas de souci Fredo. Bon allez je crois que nous avons fait notre temps ici, partons.
- Oui vas y je te rejoins, juste deux, trois choses à régler et j’arrive.
- Fred ! N’oublie pas de passé à la consigne pour le médaillon.
- Oui t’inquiète j’y vais de suite.


Dernière édition par Cyriades le Mer 27 Avr - 15:27, édité 1 fois
Cyriades
Cyriades

Messages : 203
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 44

Voir le profil de l'utilisateur http://michael.bartholon@laposte.net

Revenir en haut Aller en bas

Michaël Bartholon Aka Cyriades Empty Re: Michaël Bartholon Aka Cyriades

Message  Cyriades le Mar 19 Fév - 21:24

22 novembre 2011


03H36 – Pavillon de la famille Bartholon.
Michaël se réveilla en sursaut, il comprit rapidement que cela n’était qu’un rêve … rien qu’un mauvais rêve. Il se voyait, sur une plage de galets, entouré de deux personnes. Une femme vêtue de blanc et un homme en noir. Ils parlaient à l'unisson. Cependant, même si la majorité de leur dire était identique, certains mots furent différents d'une personne à l'autre. Soudain, des abeilles sortirent de leurs manches. Des abeilles de couleur miel pour la femme, et noirs de jais pour l'homme. Elles volèrent autour de Michaël avant de s’engouffrer dans sa bouche. Cela lui avait semblé si réel qu'il se réveilla brutalement en toussant, comme si il avait quelque chose de coincé dans la gorge. Il s'assit au bord du lit pour reprendre son souffle En y repensant, il faut être sacrément déranger pour faire ce genre de rêve. Michaël mis cela sur le compte de l’épuisement. Il regarda près de lui, par bonheur Hélène n’avait pas bougé. Il s’en serait voulu de la réveiller en pleine nuit. D’ailleurs quelle heure était-il ? 03H40 indiqua les chiffres lumineux de son radio réveil. Il soupira de dépits, cela ne faisait qu’un peu plus de 4h00 de sommeil, trop peu à son goût. Il décida de mettre à profit se réveil involontaire en allant aux toilettes. Il sortit délicatement du lit avant de s’y diriger en fermant les yeux afin de simuler un état de semi sommeil  pour retourner le plus facilement possible dans les bras de Morphée. Il repensa à son rêve tant celui-ci était invraisemblable ;
Avaler une petite abeille et ensuite se retrouver dans une ruche avec des dizaines de ses semblables. Il parcourra celle-ci non sans avoir quelques douleurs au ventre, douleurs qui devinrent vite insoutenable pour finalement se voir vomir des dizaines de petites abeilles …
Un bruit sourd le sortit de ses pensées et l’obligea à ouvrir les yeux. Ce bruit provenait du rez-de-chaussée, certainement Freddo. Le bruit recommença. Michaël descendit les escaliers en pyjama pour voir ce se qu’y se passait. Freddo allait finir par réveiller toute la famille s’il continuait comme cela. Le bruit provenait du salon, une lumière diffusait en dessous de la porte. Plus il se rapprochait plus il entendit ses bruits sourds comme les paroles gutturales. La chaleur ambiante commençait à s’élever. Mais que se passait-il, il entra précipitamment dans la salle ou la scène qui s’y déroulait le figea sur place. Un homme chauffe possédant des protubérances osseuses sur le crâne se tenait devant Freddo. La peau de l’homme était brûlée à vif mais il ne semblait nullement gêner par la douleur que ces brûlures devaient engendrer. Il mesurait plus de 2 m et était vêtue d’une cuirasse chitineuse noire. Freddo se trouvait en lévitation à 20 cm du sol, son corps était parcouru de spasme maintenu dans une étreinte invisible, le tout dans un silence surnaturel. Dès son entrée la créature humanoïde se retourna, il pu découvrir son visage scarifié rouge sang. La créature le regarda avec un sourire démoniaque qui dénuda de longs crocs pointus de sa gueule et d’une voix d’outre-tombe s’adressa à Michaël.
- Je vois que tout le monde est réveillé à présent, il n’en sera que plus aisé
Michaël se retrouva soulever tout comme Freddo, immobilisé par une étreinte invisible. La créature se retourna vers Freddo. Sa voix forte à présent fit vibrer les murs de la maison.
- Ou se trouve le talisman ? Vous n’auriez pas du vous mêler de choses dépassant votre entendement, misérables mortels.
Le corps de Freddo subit une nouvelle vague de spasme, un cri de douleur insoutenable sortit pour la première fois de sa bouche.
- Ha ! Je vois, Il est bien ici.
La créature sourit et comme par magie un rougeoiement apparut sur le T-shirt de Feddo au niveau du torse. Celui-ci devient de plus en plus intense jusqu'à s’embraser spontanément. Une fois le tissu désagréger, un talisman apparu à même la chair calcinée. Celui là même qu’ils avaient trouvé aujourd’hui  lors de leur descente chez Marquez. Le pauvre Freddo luttait atrocement pour ne pas hurler, cet état de souffrance était amplifié par l’odeur de chair brûlée qui emplissait la pièce. La créature arracha le talisman qui eut pour effet de briser la chaîne qui le retenait. Freddo leva la tête lentement et croisa le regard de Michaël. Les deux hommes se regardèrent durant de plusieurs secondes qui leurs parurent des siècles. Freddo  finis par balbutier quelques mots imperceptibles qui dénotaient toute sa tristesse. En lisant sur les lèvres de celui-ci Michaël  cru comprendre ses mots « Pardonne-moi … Mike ». La créature se retourna vers Michaël en souriant.
- Pathétique ! Ho et bien je crois que l’on se réveille en haut.
La créature leva les yeux hauts ciel et Michaël sentit une présence maléfique derrière lui. Il ne pouvait bouger mais un souffle chaud et humide souffla sur sa nuque accompagné d’un grognement inhumain.
Michaël Bartholon Aka Cyriades 266772Btedelabrche
Freddo qui faisait face à Michaël, regarda par-dessus l’épaule de celui-ci, il écarquilla les yeux de terreur et tenta de hurler mais en vain aucun son ne sortit de sa bouche.
- Va mon enfant, va t’occuper du reste de la famille. Je n'en ai pas terminé avec ses deux là.
Michaël entendit un pas lourd suivit d’un grognement se diriger vers l’escalier. L’escalier en bois craquait sous le poids de cette chose. Michaël voulu hurler à s’en casser les cordes vocales afin de prévenir ses enfants et sa femme du danger qui les guettaient mais aucun son ne sortit. Le temps semblait figé, Michaël essayant vainement à ce soustraire à l’étreinte invisible au risque de se briser son propre corps mais rien n’y faisait. La créature démoniaque le regardait, le talisman dans sa main droite et un rictus maléfique dessiné sur son visage. Puis soudain un cri, celui de sa femme Hélène,  un cri de peur, de désespoir et de douleur retentit dans toute la maison suivi de celui de ses filles. Michaël  essaya avec l’énergie du désespoir de sortir de son entrave mais plus il essayait plus la douleur devenait insupportable mais cela n’était rien face à la torture d’entendre le cri de sa femmes et de ses filles le suppliant de les sauver de ce cauchemar. La douleur était trop intense son âme semblait se déchiré, les derniers mots qu’il l’accompagna jusqu’aux portes de la mort fut ceux de sa femme « Michaël ! Haaaaa ! » et ceux de ses enfants « Papa ! Ou es-tu ? Papaaaa ! »


Dernière édition par Cyriades le Mer 27 Avr - 23:14, édité 3 fois
Cyriades
Cyriades

Messages : 203
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 44

Voir le profil de l'utilisateur http://michael.bartholon@laposte.net

Revenir en haut Aller en bas

Michaël Bartholon Aka Cyriades Empty Re: Michaël Bartholon Aka Cyriades

Message  Cyriades le Ven 22 Fév - 22:11

22 novembre 2011

11h45 – Reportage en directe sur BFM TV (P. Voerben)
Le drame c’est déroulé dans un quartier pavillonnaire de Versailles en région parisienne. Je me trouve actuellement devant la maison ou c’est déroulé le scénario macabre. En effet le quartier dans lequel se trouve cette demeure fut le témoin cette nuit d’un massacre d’une rare violence. Cette dans cette maison qui se trouve derrière moi qu’une famille entière a été décimé durant leur sommeil. 2 adultes et 2 enfants ont péri sous les coups d’un ou de plusieurs agresseurs. D’après les premiers éléments de l’enquête  le drame s’est déroulé sur le coup des 04h00 du matin. Il s’agit vraisemblablement d’un officier de police et de sa famille. Suivant les propres mots des enquêteurs , la scène de crime est particulièrement difficile à soutenir , le dénote la sauvagerie et la violence extrême qui ont été déployé pour commettre ces crimes. Il semblerait qu’une 5 éme personne se trouve entre la vie et la mort. Pour l’instant nous n’avons pas plus d’informations. Rien ou presque rien ne filtre des investigations des enquêteurs du aux activités professionnelles sensibles du père de famille. De la même manière le parquet reste muet sur la suite du déroulement de l’enquête.
*On revient sur le plateau de télévision*
Merci à vous Paul Voerben et nous reviendrons vers vous durant toute cette journée afin d suivre en direct les derniers déroulements de l’enquête.


Dernière édition par Cyriades le Mer 27 Avr - 15:33, édité 2 fois
Cyriades
Cyriades

Messages : 203
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 44

Voir le profil de l'utilisateur http://michael.bartholon@laposte.net

Revenir en haut Aller en bas

Michaël Bartholon Aka Cyriades Empty Re: Michaël Bartholon Aka Cyriades

Message  Cyriades le Mar 12 Mar - 18:52

12 décembre 2012

15h30 – 12, rue d’Aligre Paris 75012 - Cabinet du psychologue administratif
Michaël se présenta devant la porte de la thérapeute comme toute les semaines et ce depuis plusieurs mois. Au début de ses consultations, le dialogue avait été difficile voir quasi impossible. Il se rappela qu’au cour de sa première séance aucun mot n’était sortis de sa bouche. Il ne pouvait relater les faits qui venaient de détruire sa vie à une inconnue. Nathalie Rosière était une psychologue de l’administration. Sa mission était simple, analyser l’état psychologique de Michaël afin de savoir si son état n’était pas incompatible avec les responsabilités professionnelles qu’il occupait avant tout cela. Michaël était resté plusieurs jours en soins intensifs, il se trouvait entre la vie et la mort quand l’équipe de 1ére intervention l’avais retrouvé sur les lieux du massacre. Il souffrait de multiples hémorragies aussi bien externes qu’internes. Son pronostic vital était plus que critique selon les dires des médecins présent mais malgré cela Michaël s’accrocha à ce mince filet de vie qu’il lui restait. Au fil des heures, puis aux fils des jours son état s’améliorait lentement mais de manière certaine. Les médecins eux-mêmes étaient très perplexes sur cette évolution favorable de son état. Ils ne pouvaient s’expliquer certaines choses si ce n’est que de vanter la constitution exceptionnelle de leur patient, don qui lui permit de sortir du coma après seulement une dizaines de jours d’hospitalisation, là ou d’autres seraient passés de vie à trépas. Ses souvenirs étaient intacts, il se rappelait de tout, des moindres détails de sa confrontation avec ses démons. La douleur était en lui, il resta muet lors de ses premières auditions avec le service chargé de l’enquête. Il resta impassible face aux différentes personnes qu’il était amené à rencontrer. Il feignit l’amnésie afin de faire baisser la pression que ses anciens collègues exerçaient sur lui afin de connaitre le déroulement de ce massacre.
Michaël ne s’octroyait des moments de répit, de relâchements que la nuit ou il se retrouvait seul face à ses démons et souvenirs. Il pleurait en silence sa femme, ses enfants … tombant ensuite dans une léthargie post traumatique. A la fin de l’enquête, la version officielle mettait le massacre sur le compte d’une vengeance d’un cartel de narco-trafiquant mis à mal par Michaël. Le commandant Bartholon alla dans ce sens de manière à livrer une explication rationnelle aux enquêteurs et ainsi que de se créer une porte de sortie dans cette impasse. Il ne pouvait leur dire la vérité sans qu’on le prenne pour un dément et que la suspicion ne se porte sur lui comme l’auteur  de ce massacre. Michaël ne l’aurait pas supporté, cela aurait été un double châtiment.
Une fois les conclusions des enquêteurs rendues, une autre question se posait à l’administration que faire du commandant Bartholon ? C’est précisément à cela que devait répondre la thérapeute en la personne de Delphine Rosière. Il fallut plusieurs séances avant que des échanges cohérents et constructifs n’interviennent entre ces deux personnes. Aux cours des rencontres une fausse confiance s’installa entre eux, Michaël s’en rendit compte. Il voyait ou elle voulait en venir en feignant de lui faire comprendre qu’elle était de son coté … cela le dégoûta. Au bout de plusieurs mois la coque dans laquelle s’était enfermé vola en éclat et dans un élan de colère il vomit la vérité sur les faits passés avec un souci du détail afin d’accentuer son sentiment de révolte. Il raconta le déroulement de cette tuerie qui eu lieu plusieurs mois auparavant, choses qu’il n’avait que trop garder en lui. Après ces révélations exposées, la tension nerveuse du sujet se transforma en une large dépression dans laquelle quelques sanglots accentuaient un état de détresse profonde. Michaël était épuisé mentalement et physiquement, ses dernières forces l’avait abandonné sitôt la fin de son monologue terminé. Après avoir repris ses esprits, il se redressa face à la psychologue.
- Voila vous savez tout. Je sais ce que vous pensez, ma place n’est pas dans un commissariat mais dans un asile, n’est-ce pas ? Voilà votre conclusion est toute trouvée à mon sujet.
Dit-il en souriant nerveusement.
La psychologue acquiesça de la tête.
- Vous avez raison Mr Bartholon, vous ne pouvez reprendre vos fonctions passées mais là ou vous avez tord c’est que votre place n’est pas dans un asile. Connaissez-vous Londres Mr Bartholon ? Je pense que ce petit voyage vous serait très utile ...


Dernière édition par Cyriades le Jeu 28 Avr - 1:33, édité 3 fois
Cyriades
Cyriades

Messages : 203
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 44

Voir le profil de l'utilisateur http://michael.bartholon@laposte.net

Revenir en haut Aller en bas

Michaël Bartholon Aka Cyriades Empty Re: Michaël Bartholon Aka Cyriades

Message  Cyriades le Mer 27 Avr - 16:20

19 décembre 2012

Michaël regarda par la vitre de l'Eurostar, il voyait défilé la campagne. Il regarda sa montre, Il approchait du tunnel, il devrait s'y engouffrer d'ici un petite demi heure. Il était là assis dans un wagon du TGV qui allait le mener jusqu'à la gare de Saint-Pancras, du nom du quartier homonyme de Londres dans lequel elle se trouve. Elle se trouvait entre le nouveau bâtiment de la British Library à l'ouest et la gare de King's Cross à l'est. Son regard était vide ... vide de toutes émotions ... vide de toute volonté tel un zombie. Il ne savait toujours pas la raison qui le poussait à entreprendre ce voyage … Londres. Que pouvait-il bien y trouver, quelle chose pourrait lui offrir un nouveau but dans la vie … sa vie ruinée ...annhilée.
Dans le reflet de la vitre il revit toutes les séquences de cette nuit d'horreur, il serra les dents, les poings, ses yeux commencèrent à briller et les larmes à poindre à leurs commissures.
Il fut envahit d'un sentiment de panic au moment ou le wagon entier fut happé par les ténèbres. Il était revenu pour lui, venu finir son ouvrage, pour le tuer. Michael se leva dans le wagon plongé dans le noir ou seules quelques veilleuses faisaient leur office. Il se retourna de gauche à droite observant les quelques passagers présent dans le compartiment. Il s'engouffra dans couloir qui séparait les deux rangées de sièges à pas rapide au début puis en courant à en perdre haleine … la mort était à ses trousses. Ce fut la stupeur qui enveloppa les passagers présent, l'homme qu'ils observaient, était un dément à n'en pas douté.
Michaël allait atteindre la porte avant du compartiment, au moment ou deux hommes prirent l'initiative de le stopper dans sa course. Les hommes semblait directement sortir d'un film d'espionnage, habillé tout deux en costume cravate confectionné à n'en pas douter par un grand couturier, les cheveux court. Il fut maîtrisé d'une main de fer par ses deux hommes. Michaël avait beau se débattre avec l'énergie du désespoir, il ne pu se soustraire à l'étreinte des deux hommes.
L'un des deux hommes l'immobilisa à l'aide d'une clé de bras digne d'un expert en la matière, l'autre s'adressa au désespéré d'une voix ferme …
Reprenez-vous Mr Bartholon ! Gardez votre énergie pour vos actions à venir ! Il n'est plus l'heure de fuir la réalité mais plutôt de l'affronter ! Vous êtes attendu à Londres …
Michaël sous la pression physique de ces deux hommes du se contraindre à se calmer. De part l'immobilisation que lui affligeait l'un des homme, il pu observer au poignet gauche un bracelet sur lequel était gravé une croix de Malte sur fond rouge avant d'éclaté en sanglot. Il venait de réaliser que l'Eurostar se trouvait sous le Channel ….


Dernière édition par Cyriades le Jeu 28 Avr - 22:52, édité 3 fois
Cyriades
Cyriades

Messages : 203
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 44

Voir le profil de l'utilisateur http://michael.bartholon@laposte.net

Revenir en haut Aller en bas

Michaël Bartholon Aka Cyriades Empty Re: Michaël Bartholon Aka Cyriades

Message  Cyriades le Jeu 28 Avr - 1:29

11 mars 2013


Michaël exténué se réchauffait autour du feu de camps du cow-boy taciturne qu'était Jack Boone. Il scrutait le crépitement du feu. Jack avait du s'absenter pour une raison inconnue qui ne regardait que lui. Il s'était écoulé un peu plus de 3 mois depuis qu'il avait débarqué à Londres et avait fait la connaissance de Richard Sonnac, le chef de file des Templiers. Il se rappelait de son accueuil chaleureux que Sonnac le gratifia …


- Bienvenue parmi nous Mr Bartholon, j'ai suivi avec intérêt votre cheminement jusqu'à nous. Vous êtes un élèment d'une rare qualité … etc.


En y repensant ce discours de bienvenue était trop mielleux pour être sincère. Avec le recul il savait pertinemment qu'il n'était qu'un pion parmi tant d'autre. Ils n'avaient que d'autre but qu'à servir leur hiérarchie dans les différentes machinations du monde secret. Sonnac lui avait clairement dit …


- Les Templiers sont les seules à pouvoir prétendre sauver l'humanité toute entière grâce à leur esprit de cohésion, la rigueur de leur organisation ainsi que leur discipline martiale. Des éléments tel que vous sont dans leur habitat naturel au sein de notre organisation, ce qui ne vous rend que plus fort dans notre combat contre les créatures du mal …


Au début Michaël cru les belles paroles de Sonnac. Grâce à celles-ci, il avait retrouvé foi en l'avenir et s'était retrouvé un but, éradiquer la souillure sous toute ces formes que pouvait abrité notre monde. Ceci lui permit de s'accrocher et de remonter la pente, de combattre ses démons …
Son désir de vengeance était encore présent dans son esprit, et ne faisait que s'accroître au fil du temps. Il comprit rapidement que malgré ses excellent états de services au sein des Templiers ne lui permettrai pas de bénéficier d'un quelconque soutient pour assouvir celle-ci. Sonnac lui avait fait comprendre …


- Nous cherchons à sauver l'humanité toute entière Mr Bartholon, nous ne faisons pas de cas par cas. Il est préférable de sauver des milliers de vie au détriments de quelques une. Ce sont des victimes collatérales, nous n'y pouvons rien. Je comprends que cela soit dure à admettre mais les auréoles perdent de leur éclat quand nous sommes en face d'enjeux aussi importants. Je peux comprendre votre chagrin engendrer par la perte de vos proches, c'est regrettable en effet. La force de l'organisation réside dans sa cohésion, nous ne pouvons nous permettre que quelques éléments incontrôlable ne fasse justice eux même. Des ordres sont décidés au plus haut niveau et ils doivent être exécuter, ne perdons pas de vue le sens des priorités. Me suis je bien fait comprendre Michaël ?


C'était parfaitement clair dans la tête de Michaël mais son désir de vengeance était bien plus grand que les considérations qu'il pouvait apporter au concept d'obéissance aveugle que pouvait lui demander l'organisation. Pour lui une seule victime était un échec de l'organisation, trop de sang avait coulé, trop de souffrance dans la perte de proche s'était répandu au sein de Gaïa. Il n'avait pas endurer toutes ces épreuves afin de devenir un bon petit soldat décérébré, dépossédé de son libre arbitre … pour sa famille et pour le reste de l'humanité.
Il remit une bûche dans le feu ...
Cyriades
Cyriades

Messages : 203
Date d'inscription : 05/02/2013
Age : 44

Voir le profil de l'utilisateur http://michael.bartholon@laposte.net

Revenir en haut Aller en bas

Michaël Bartholon Aka Cyriades Empty Re: Michaël Bartholon Aka Cyriades

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum